Par: Éric

Dans notre auberge de « jeunesse » de Quito, nous avons la preuve vivante qu’on peut voyager à n’importe quel âge.  A un bout du spectre il y a notre petite Juliette, 6 ans, qui débute un tour du monde, et à l’autre bout il y a, roulement de tambour, Linda, une Américaine de 77 ans bien sonnés qui bourlingue depuis plusieurs années!

image(petit problème avec les photos, voyez les sur la page

Facebook au www.facebook.com/voyageravecenfants)

Linda s’est assise à côté de moi à la table commune hier soir.  Du coin de l’œil, j’aperçois une tête blanche, phénomène plutôt inusité mais pas exceptionnel dans une auberge de jeunesse.  Je suis en train de consulter les nouvelles sur la tablette, Corinne et les enfants sont toujours à la chambre.  Linda m’adresse la parole, sa voix est forte, assurée, ce qui me surprend un peu compte tenu de son âge vénérable!  Je lui apprends que je fais le tour du monde avec ma femme et mes enfants. Comme elle voyage seule à 77 ans, nous formons tous les deux des spécimens rares et spontanément les questions fusent de part et d’autre: Comment ça se passe? Est-ce difficile?  Où êtes-vous allés, où irez-vous?

Il s’avère que Linda est partie de  la Floride avec son sac à dos depuis 2008, suite à la mort de son mari.  A plus de 70 ans, elle a dépoussiéré son « backpack » puis s’est lancée dans un tour du monde de plusieurs mois.  Elle ne voyage pas dans des hôtels 5 étoiles et ne se déplace pas dans des autobus climatisés.  Elle insiste pour dormir dans un dortoir.  Est-ce que ses enfants s’inquiètent?  Bof, ils ont l’habitude…  Après 5 années de bourlingage, elle est retournée en Floride voir sa famille.  Puis, faut croire qu’elle avait des fourmis dans les jambes parce qu’après seulement un mois elle est repartie pour faire le tour de l’Amérique latine.  Cela fait 10 mois qu’elle se trimballe entre le Pérou et la Colombie.  Elle retourne aux États-Unis d’ici quelques jours, et qui sait si elle ne va pas se relancer dans une nouvelle aventure?

N’allez pas croire que Linda est une hippie avec des rastas et des pantalons colorés.  C’est une belle dame très articulée et très branchée. Elle blogue.  Elle a publié son propre e-book.  Elle me donne des conseils sur comment rentabiliser mon blogue et vendre nos photos sur le net!  Attendez.  Une comparaison s’impose.  Mon père, né en 1929, n’a jamais fait la transition de la dactylo à l’ordinateur.  Il ne savait pas comment se servir d’une souris.  J’écris « il ne savait pas », mais réellement il ne comprenait pas comment fonctionne une souris.  En revanche, Arthur était visionnaire: il nous avait acheté l’un des premiers Vic 20 sur le marché (le prédécesseur du commodore 64, pour ceux à qui ces noms évoquent quelque chose!).  Arthur était très fier de voir ses enfants programmer avec Basic, mais lui-même ne ce serait jamais approché de l’ordi, une machine qui n’était pas de son époque.  Mais je digresse.

L’un des blogues de Linda – parce qu’elle en a plus qu’un! – s’intitule www.heyboomers.com, pour « Hey boomers, dust off your back packs! ». Linda s’adresse aux babyboomers, mais elle-même est née avant la guerre!  Elle regrette que ses congénères n’osent pas quitter l’Amérique car le monde étranger leur semble tellement dangereux.  Elle raconte avec passion ses aventures dans de nombreux pays où plusieurs Américains n’oseraient pas mettre les pieds.  Linda a voyagé en Russie du temps où c’était encore le centre de l’URSS. Comment étaient les gens? Elle ferme les yeux, se croise les mains sur le cœur et nous jure qu’elle n’a jamais depuis ce jour rencontré des personnes aussi accueillantes.  Linda planche sur son deuxième e-book qui s’intitulera, tenez-vous bien, « Sleeping with guys half my age – a guide to youth hostel! ».   En réalité, les clients autour d’elle, exception de moi, ont plutôt le tiers de son âge!

image

Les enfants ont tout de suite adopté Linda. Louis lui a fait ses plus beaux sourires, ceux qu’il n’adresse qu’aux maîtresses d’école ou aux personnes âgées.  Quand elle nous parle de son blogue métaphysique, ou qu’elle raconte aux enfants fascinés que les Andes ont la forme d’une colonne vertébrale et que l’Amazone se situe au  niveau des poumons, je me dis que Linda a un petit côté ésotérique qui la rend encore plus sympathique.

Linda nous demande pour prendre une photo avec la famille.  Puis, elle se lève et nous souhaite une bonne nuit.  Elle est heureuse, dit-elle, car avec nos enfants elle a pu, le temps d’une courte soirée, redevenir une grand-mère comme dans sa Floride natale.

5 commentaires on “Il n’y a pas d’âge pour voyager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *