IMG_1990Texte: Eric  — Photos: Corinne et Émile!

Il y a de ces endroits que l’on visite avec un mélange de fébrilité et d’appréhension. Une excitation nuancée d’une crainte, crainte que le lieu si longtemps imaginé ne soit pas à le hauteur de nos attentes. Depuis notre petite enfance, on s’est fait une idée des Galapagos. C’est un archipel où vivent des tortues géantes, des iguanes gigantesques, c’est un paradis hors du temps, unique au monde, tellement unique et singulier qu’il a permis à Darwin de concevoir les théories révolutionnaires de l’origine de la vie et de la sélection naturelle des espèces. Allons-nous, nous aussi, avoir la chance de voir tout ça, et même plus?

_MG_2372

Dès le lendemain de notre arrivée à Quito, nous entrons dans une agence de voyage. On sait que le meilleur moyen de visiter les îles c’est par bateau de croisière. Mais quel bateau choisir? Voulons-nous un petit 16 places pour backpackers, avec confort minimal mais ambiance intime, ou plutôt un classe supérieur touriste pour 40 personnes, avec quelques chaises longues pour se faire dorer au soleil entre les excursions? « Avez-vous des rabais de dernière minute », demande-t-on, comme le font tous les autres jeunes backpackers venus en Équateur sans billet pour les Galapagos mais dans l’espoir de trouver sur place une aubaine incroyable qu’ils n’auraient pas dénichée sur Internet. Oui, dès demain un première classe part pour une croisière de 6 jours et il leur reste quelques places. Un PREMIERE CLASSE? Aux prix observés sur le net, on n’avait pas envisagé l’option! « On pourrait l’obtenir à un prix… abordable? » L’agente fait quelques appels et il s’avère que oui, le propriétaire du M/V Santa Cruz nous consent un rabais alléchant; il prendrait bien quelques passagers de plus afin de rentabiliser la croisière.

IMG_2022

On demande un trente minutes pour faire nos recherches (Tripadvisor, Lonely Planet, Le Routard…) afin de voir s’il n’y a pas anguille sous roche. Le bateau et son équipage semblent sans reproche. La question demeure: avons-nous envie de visiter les îles sur un navire de 90 passagers et 60 membres d’équipage? Ce n’est pas ce qu’on avait envisagé. L’auteur de ces lignes (Éric), typiquement plus sensible au mal de mer, penche pour le Première classe afin d’avoir un bateau plus stable… Corinne aurait préféré une ambiance intimiste, mais se laisse peu à peu convaincre en voyant les photos du buffet et le jacuzzi sur Internet… OK, on embarque pour une croisière de 6 jours, en première classe sur le Santa Cruz!!

IMG_2041

L’archipel des Galapagos appartient à l’Equateur mais se trouve à mille kilomètres à l’ouest du pays. Le vol nous amène sur l’île de Baltra, une tout petite île plate au paysage quasi désertique, a-t-on l’impression en regardant à travers le hublot. L’impression se confirme dès les premiers pas sur l’île. « On vient d’atterrir en Arizona je crois », dis-je à Corinne. Le sol est sablonneux, il y a de petits cactus, quelques arbres rabougris sans aucune feuille. A nos yeux de néophytes les arbres paraissent morts. C’est la saison sèche et la majorité des plantes est en fait en dormance, apprendra-t-on plus tard grâce à un guide naturaliste.

IMG_1998

Après les formalités d’arrivée, notre opérateur de tour nous amène en autobus prendre un zodiac pour embarquer sur le navire. En chemin, nous croisons une base de la force aérienne equatorienne; comme c’est étrange, me dis-je. Une autre découverte que je ne croyais pas faire aux Galapagos!

Le spectacle que la nature nous offre aux Galapagos a commencé quelques minutes après… En descendant sur le quai pour embarquer dans le zodiac, on aperçoit un gros loup de mer à environ 2 mètres de nous, il se fait chauffer la couenne au soleil. Je dis à Louis de le flatter mais la réponse très verbale du loup marin à l’approche de Louis nous fait comprendre qu’aux Galapagos, les animaux tolèrent les humains en autant qu’ils les laissent vivre en paix! C’est une constatation que l’on s’est fait tout au long du voyage: les animaux ici sont rois et maîtres et ont à peine conscience du danger que représente la race humaine partout ailleurs sur la planète! L’homme n’étant pas un prédateur ici, on s’en approche et on le regarde avec une curiosité toute naïve. C’est en fait l’absence de grands prédateurs qui a permis à ce comportement naif de se développer chez les habitants de l’archipel, nous explique Darwin. Ceci a permis à une faune diversifiée – tortues, iguanes, loups marins, pingouins, etc – de vivre en complète harmonie. Imaginez les images du paradis terrestre décrits dans la Bible, sauf exception qu’ici ce ne sont pas des lions, des gazelles et des éléphants qui composent le décor mais plutôt des reptiles préhistoriques.

IMG_2054

Le zodiac nous mène sur le Santa Cruz et l’on peut faire le tour du navire. Nos chambres se trouvent sur le pont principal, elle sont petites mais très propres, avec salle de bain privée. A l’étage supérieur se trouve un grand salon où l’on recevra les briefings journaliers avant les excursions. La salle à dîner est spacieuse, flanquée d’un buffet et joliment décorée. Sur le pont, il y a un bar, des chaises longues et… un jacuzzi qui fera le bonheur de tous lors de chacun de nos retours de plongées en apnée!

Notre première excursion nous amène sur une des plus petites îles de l’Archipel, l’île de Seymour. Nous embarquons par groupe de 12 dans les zodiacs, chaque groupe accompagné d’un guide naturaliste. Aussitôt qu’on approche de l’île, on aperçoit des loups marins qui nagent près de la côte, ainsi qu’une grande quantité de crabes se promenant sur les roches volcaniques. Sur la terre ferme, le guide débute ses explications et pendant que je l’écoute j’aperçois un iguane environ à 10 pieds de Corinne, il est venu se promener sur le sentier pour observer les visiteurs. Au loin, nous pouvons voir les ‘frigatebirds’, puis peu après nous apercevons le premier fou à pattes bleus, l’un des oiseaux préférés des visiteurs aux Galápagos.  En anglais, l’oiseau s’appelle ‘blue-footed booby’, alors vous pouvez facilement vous imaginer les innombrables blagues faciles faites sur les boobies pour le reste de la croisière… Notre promenade d’environ une heure nous permet d’observer de très, très près tous ces animaux, dont la majorité n’existe nulle part ailleurs qu’aux îles. Vraiment, je crois que ça va être une excellente croisière!

_MG_1963

Le deuxième jour, on nous amène nager avec les tortues de mer. Chaque excursion se fait en zodiac. Le bateau fournit les masques et tubas, on a aussi pris des wet suit car l’eau est froide, autour de 65 degrés Fahrenheits.  La mer est agitée et ce n’est pas évident d’observer les tortues tout en surveillant trois enfants dans l’eau!  Juliette aperçoit une première tortue directement sous elle et demande aussitôt à retourner dans le zodiac! On est littéralement entouré de tortues qui nagent lentement autour de nous, sans nous porter la moindre attention.  C’est une expérience inoubliable mais qui me laisse un mal de tête mémorable à cause de l’eau froide! Après quelques minutes passées dans le jacuzzi, un excellent repas et 2-3 cappuccinos nous sommes prêts pour la deuxième plongée en apnée de la journée! Cette fois, l’eau est un peu plus chaude et les enfants savent à quoi s’attendre, donc l’expérience est bien meilleure, d’autant plus qu’il y a une grande quantité de poissons.

IMG_2827

Le lendemain nous débarquons sur l’île de Santa Cruz où se trouve la plus grande ville de l’archipel, Puerto Ayora, qui compte plus de 25,000 habitants. Nous visitons la station Charles Darwin, où les scientifiques élèvent des tortues géantes avant de les ramener sur leurs îles d’appartenance. Par la suite, on a droit à une randonnée en vélo de montagne jusqu’à une ferme où les habitants cultivent la canne à sucre et le café. Sur notre navire se trouve un groupe d’une quarantaine de personnes d’Afrique du Sud qui sont des représentants pour une compagnie d’appareils auditifs. Ils sont très sympathiques, très grégaires et ils s’excitent au fur et à mesure que nous buvons du jus de canne à sucre mélangé au pisco… On dîne sur un ranch où des tortues géantes se promènent en liberté, on poursuite notre observation des tortues sur une autre ferme, puis on retourne au bateau, encore une fois extenués par la journée mais excités à l’idée de faire à nouveau de la plongée le lendemain.

_MG_1921

Le dernier jour nous amène sur une plage appelée ‘post office’; il y effectivement un semblant de bureau de poste (voir photo) qui date de près de 200 ans. Le système fonctionnait ainsi : les marins laissaient ici les lettres pour leurs familles, et s’ils voyaient une lettre qu’ils pouvaient amener en main propre au destinataire ils la prenaient avec eux. Ce système d’entraide fonctionne encore aujourd’hui, alors nous y avons laissé 3 cartes postales et ramassé 4 cartes : 3 à destination de Nouvelle-Zélande, que nous visiterons en décembre prochain, et une pour le Brésil, que nous parcourrons après l’Équateur. Inutile de dire que les enfants voulaient ramasser toutes les cartes postales des pays que nous comptons visiter, alors il a fallu calmer un peur leurs ardeurs! En après-midi nous avons fait une autre sortie en apnée où nous avons pu nager avec les loups marins ainsi qu’observer d’autres poissons endémiques aux îles. Comme à tous les soirs, il y a eu un petit spectacle, cette fois c’était le capitaine lui-même qui s’est mis à la guitare pour nous entonner des airs traditionnels de l’Équateur.

IMG_2006

IMG_1982

Nous n’avons pas visité toutes les îles, ça prend une croisière de 14 jours pour faire le tour complet de l’archipel, et seuls les vrais mordus de se paient ce privilège. En 6 jours, nous avons tout de même pu observer tous les principaux animaux spécifiques aux Galapagos: les fameuses tortues géantes, les iguanes de mer (les seuls iguanes au monde adaptés à la vie marine), les très comiques blue-footed boobies, les tortues de mer, les flyless cormorants, et j’en oublie certainement plusieurs autres.

IMG_1976

IMG_2030

Visiter les Galapagos, c’est effectuer un voyage dans le temps, des millions d’année en arrière, à une époque où les reptiles étaient rois et maîtres. L’archipel mérite bien son nom espagnol de Isla Encantadas, ou Îles Enchantées.  Il va sans dire que nous avons adoré cette croisière aux Galapagos. Le coût total de l’expérience, mieux ne vaut pas y penser car c’est vraiment un périple très onéreux. Cependant, nous avons eu la chance de tomber sur un personnel vraiment compétent, amical et chaleureux. Les animaux étaient aussi au rendez-vous, comme ils le sont toujours sur ces îles enchantées!

IMG_2082

18 commentaires on “Les Galapagos – un voyage dans le temps

  • It was my postcard that was picked up by Eric and his intrepid family at the « post office » in the Galapagos Islands! And to realise that they must have been at that very place just a couple of weeks after we left is just amazing! That postcard will now be kept in a very special place with the rest of our memories of this fantastic, magnificent place. And then to actually meet the family….just too much! I hope that you all may have a great time in New Zealand and hope also that we can do lunch or whatever if you come back to Auckland before leaving New Zealand.

  • Hello Eric and Corrine!
    This is Barbara, whom you met along with Joey and Julia when we were in Baños with you. We are currently in Puerto Ayora and we will fly back to the continent tomorrow (to Guayaquil). Our experiences here have been wonderful (though I can tell yours was more luxurious.) We were on a boat for 10 passengers, and there were 3 spaces so we were a total of 7. The intimacy was a memorable part of our time. We are all good friends now. Today I began to read your blog translated into English and I am happy to read about the experiences you also had here in Galápagos.

    Hasta luego,
    Bárbara

    • Hi Barbara! We’re glad you had a great time in the Galapagos, it is such an amazing place! We have left Ecuador this morning and are now in Sao Paulo. We will be in Brazil and
      Argentina for the next 6 weeks. Let us know if you’re around during that time. All the best. Eric and Corinne.

  • J’adore lire vos récits, c’est très agréable. Vous avez de super photos. J’imagine que Co s’en donne à coeur joie! Au Québec, l’automne est arrivé cette semaine. Il fait plutôt frais ce matin (7 degrés celcius!). On a sorti les manteaux….
    Soyez prudents.
    Bisous à toute la famille!

  • Genial ! Quelle experience ! L’endroit qui a inspire Darwin…. Je reve de ces iles depuis mes annees Sciences Nat a la fac, vous me faites rever…..
    On est fan, quel plaisir de vous suivre au gre de vos decouvertes!
    Enromes bisous les amis!!

  • eric, dis-toi qu’il faut profiter des aubaines première classe quand ça passe, le luxe se prend bien de temps en temps en voyage. bon choix pour ta chemise brune… on ne remarque presque pas que tu l’a porte sur 50% de tes photos; un excellent passe partout. belle plume en passant, très agréable de vous lire, de vrais pros!

    olivier

  • Ton article est vraiment bien écrit, j’ai eu l’impression d’y être. Oui, un livre sous forme de journal intime ou sous une autre forme serait vraiment intéressant. Merci pour ce partage. et à bientôt.

    • Merci Eve! Comme on n’avait pas d’accès Internet sur le navire, j’ai eu plus de temps pour écrire, plutôt que de surfer sur le Web! 🙂

  • Quel beau périple !! Impressionnant ! émouvant !!! je pense que les enfants comme le grands ont des raisons d’être émerveillés… Eric, c’est vrai que tu as une bonne plume et il faudrait un jour que tu me fasses un bel article sur votre périple que je pourrais diffuser dans mon petit journal le Tam Tam… , on attend la suite avec impatience.. et le scoop du jour, Cholé et Nicolas nous ont annoncé l’arrivée en février d’un nouveau bébé… les grands parents sont bien heureux
    bises à toute la famille et bonne continuité…. Jocelyne et Gérard

    • Merci beaucoup Jocelyne, en fait j’aimerais écrire un livre sur notre tour du monde alors ça ne devrait pas être trop difficile d’écrire un article pour le journal. STP passe toutes nos félicitations à Chloé pour l’excellente nouvelle! On aura probablement l’occasion de voir le ou la petite l’été prochain! Xxx

  • Wow, belles expériences! Mais vous auriez quand même du prendre le rafio à backpackers; une expérience diffrente!!! Bon texte, belles photos!

    • LOL, crois – moi, avec 3 enfants qui courent partout et Corinne qui n’était pas à son meilleur à cause d’une bronchite, le ‘première classe’ était exactement ce qu’il nous fallait!! On te contacte dès qu’on débarque à Buenos Aires pour des conseils.

  • Bonjour,

    Merci pour le beau reportage et aussi pour les photographies qui me rappelle quand mon mari et moi y sommes allés en octobre 2012.

    • Merci! Je ne sais pas ce qu’on va faire de toutes ces photos, on en a tellement! Notre Émile s’est découvert une passion pour la photo sur les îles et lui et Corinne en ont rempli quelques cartes mémoires…. Je crois qu’on va se faire graver un DVD pour ne pas perdre tout ça!

  • Bonjour à toute la famille. Bravo pour le reportage que vous nous faites,lorsque l’on vous lit ,nous voyons toute la scène.Éric, tu n’as jamais pensé à devenir écrivain, tu possèdes une belle plume . Bonne continuité, salutations et merci de nous faire participer à votre aventure.

    • Merci Magali! On a quelque peu relâché sur le français et les mathématiques ces derniers jours, mais en revanche pour la science et la biologie les enfants ont été bien servis!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *