IMG_5477 (800x533)

Sanctuaire d’Athena, à Delphes.

Un des grands plaisirs d’un voyage en Grèce est de (re)découvrir les Grecs anciens et de remettre de l’ordre dans ses notions sur leur histoire et leur fascinante mythologie. Zeus, Apollon, Aphrodite, Socrate, Ulysse, Herakles, Archimède, ce sont tous des noms qu’on a entendus, qu’on voit à l’occasion, mais il est souvent bien difficile de savoir qui fait quoi dans ce panthéon de dieux, demi-dieux, héros et mortels! Ici en Grèce, tous ces noms sont bien vivants et sont omniprésents : nous sommes présentement à Delphes et les hôtels sur notre rue se nomment : Athina, Artemis, Appolo, etc.

Pourquoi visiter Delphes? Parce que du temps des Grecs anciens c’était ni plus ni moins le centre du monde… Delphes pourtant est un petit village isolé loin d’Athènes, haut perché dans les montagnes et relativement difficile d’accès durant l’Antiquité. Mais les gens s’y rendaient parce qu’à Delphes, ils croyaient pouvoir écouter les conseils des dieux… C’est ici que la Pythie, ou l’oracle de Delphes, donnait des conseils aux gens, que ce soit les simples citoyens ou les grands du monde. Et c’est là qu’on tombe dans le gros charlatanisme… qui rappelle un peu les diseuses de bonne aventure de notre monde moderne! Voyez-vous, l’oracle de Delphes était une femme choisie par les prêtres du temple spécifiquement pour ses origines modestes, une paysanne sans éducation de préférence. Elle se tenait derrière un voile et, lorsque questionnée, elle entrait en transe et proférait des paroles inintelligibles, que l’on croyait venir des dieux mêmes. Comme personne ne comprenait rien à son charabia, ce n’était donc pas elle, mais le prêtre présent dans la pièce qui interprétait la prédiction de la Pythie!

IMG_5419 (800x533)

Le temple d’Apollon où la Pythie faisait ses prédictions.

Les gens payaient très cher pour ces consultations, alors les prêtres avaient intérêt à dire ce que les clients voulaient bien entendre… Et ce stratagème a duré pendant mille ans. Les prêtres du temple de Delphes faisaient une fortune avec ces pèlerinages. Il faut comprendre que les Grecs anciens étaient particulièrement attachés à leurs dieux et croyaient en l’influence de ces derniers sur leur destinée.

Dans les visiteurs célèbres, et il furent nombreux, il y eut entre autres le jeune Alexandre le Grand, qui allait devenir le conquérant de toute l’Asie connue. Malheureusement pour lui, il arriva à Delphes un jour où il n’y avait pas de consultation. Qu’à cela ne tienne, il traîna de force la Pythie dans le temple (il n’était pas du type à s’en laisser imposer…). L’oracle, apeurée et affolée, s’écria : « on ne peut te résister, mon fils! », ce qu’Alexandre interpréta évidemment comme un oracle de bonne augure!

Alexandre le Grand entraînant la Pythie au temple.

Du côté des moins chanceux, le roi Crésus (celui-là même de l’expression « riche comme Crésus »!) consulta la Pythie pour savoir s’il serait vainqueur d’une guerre qui l’opposerait aux Perses. L’oracle répondit : « Si Crésus traverse l’Halys – le fleuve le séparant de l’ennemi – il détruira un grand empire. » Confiant, Crésus se lança à l’assaut et, contre toute attente, perdit la bataille et fut fait prisonnier. Furieux, il envoya un messager pour protester contre la Pythie. Qu’est-ce qu’on lui répondit? L’oracle ne s’était point trompée, un grand empire avait été détruit… le sien! Comme quoi les dieux ne mentent jamais…

IMG_5449 (800x533)

IMG_5413 (800x533)

3 commentaires on “La Grèce antique: dieux, savants, philosophes et… charlatans!

    • Bonjour Catherine,
      On a quitté Athènes le 29 juin, au tout début de la crise. Avant de quitter il y avait peu ou pratiquement pas de signe que ça allait mal, pour un touriste on s’entend… les Grecs semblent habitués à ces difficultés. Maintenant je ne sais pas si la situation s’est aggravée.J’en doute par contre. Faudra voir dans les prochains jours. Si jamais ils sortaient de la zone euro, là çe serait une autre histoire… à suivre!

  • Eric,
    Once again I’ve learned something from your blog, and in this particular case, I’ve learned a whole heap – most informative.
    I can only imagine how much the ancient Greeks must be rolling in their graves when they look down upon the complete mess the modern Greeks have made of their once great nation.
    Chip

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *