J’en suis présentement à l’écriture d’un livre sur le voyage avec des enfants, un guide pour faciliter la tâche à ceux qui sont intéressés à voyager en famille. Je me suis interrogé sur les éléments qui ont été les plus importants pour notre année autour du monde. J’ai donc dressé une liste des 10 clés du succès pour bien réussir son voyage en famille.

 

1.  Faire une bonne préparation à l’avance.

Quand on voyage seul ou en couple, on peut généralement se permettre de ne pas trop planifier, de se laisser guider par son instinct.  Avec des enfants, la majorité des parents voyageurs vous diront qu’il faut sacrifier un peu de spontanéité et y aller avec une bonne planification.  Avant le départ, il faut s’assurer de régler tous les détails administratifs: passeports, visa, vaccins, trousse santé, etc. Enfin, à destination on doit savoir au minimum où on compte aller, où on va dormir les premières nuits et quels seront les moyens de transport principaux.  Sans prévoir un itinéraire trop détaillé qui empêchera de profiter des découvertes sur place, il faut quand même avoir une bonne idée de comment le voyage se déroulera. Une bonne planification permet de donner un élan au voyage et de garder le momentum quand les enfants sont fatigués.

 

2.  Voyager léger!

Pour de nombreux routards, voyager léger, c’est un mode de vie. Avec des enfants, c’est une question de survie. Afin d’être heureux lors d’un voyage au long cours avec des enfants il est essentiel de pouvoir voyager léger. Surcharger ses bagages constitue selon moi l’une des plus importantes erreurs que l’on puisse commettre en voyage.  Si vos bagages sont trop nombreux ou trop pesants, vous allez constamment transpirer, lancer des jurons et vous sentir comme une mule. Peu importe l’âge et l’endurance de vos enfants, il est pratiquement garanti qu’à de nombreuses reprises vous allez vous retrouver seuls comme parents à transporter tous les gros sacs que vous avez décidé d’emmener. Il faut donc que le tout soit gérable.

 

3.  Établir un budget et avoir la discipline pour le respecter.

Je ne connais personne qui aime établir un budget détaillé ou faire un bilan financier parce que ce sont des exercices fastidieux et aussi parce que c’est décourageant de voir toutes les dépenses!  Voyager c’est un plaisir et il n’est pas plaisant de quantifier son bonheur…  Mais il est certain que quand on part pour un voyage au long cours il faut faire quelques calculs.  Combien ça vous coûter tout ça? Aurons-nous assez d’argent pour revenir?  Il faut considérer les coûts de transport, d’hébergement, les repas, les visites, les procédures administratives, etc.  Tout ça c’est bien beau, mais il faut aussi avoir la discipline pour respecter son budget!  C’est tellement facile de dépenser plus…  Il est important de bien s’entendre au sein du couple et aussi de faire comprendre aux enfants que la carte de crédit n’est pas une baguette magique, qu’il ne suffit pas de la sortir pour se payer tout ce qu’on veut!

 

4. Respecter le rythme du plus lent.

Il y a quelques années nous avons fait de longs voyages en Véhicule Récréatif (VR) à travers les États-Unis. Comme je n’y connaissais à peu près rien en VR j’avais acheté le « Complete idiot’s guide to RVing » (que je recommande fortement soit dit en passant!!). Ce guide abordait entre autres le rythme de voyage avec des enfants et je me souviens d’une phrase qui m’est restée en mémoire: If Junior ain’t happy, ain’t nobody happy: si le plus jeune n’est pas content, il n’y a personne de content dans la famille, et ça c’est tout à fait vrai!  Quand les enfants se plaignent qu’ils ont trop chaud, qu’ils ont faim, que c’est ennuyant, il n’y a personne qui peut apprécier la visite à sa juste valeur. Dans ces moments vaut mieux prendre une pause, aller dans un parc ou prendre un jus à une terrasse afin de bien reprendre la journée.

5. Adapt, improvise and overcome!

S’adapter, improviser et surmonter. C’est une devise non-officielle des Marines américains mais c’est aussi une belle façon d’envisager les voyages (et la vie en général). Même les meilleurs plans ne fonctionnent pas toujours comme on veut et il faut savoir s’adapter. Il faut faire preuve de flexibilité et accepter que certains événements imprévus viendront modifier vos plans. Par exemple, avec des jeunes enfants il faut savoir se débrouiller avec l’environnement qui change constamment, c’est-à-dire que la routine est bouleversée et il faut constamment penser à de nouvelles façons de faire. Parfois aussi rien ne va comme prévu. Il faut prendre les aléas et les désagréments avec un grain de sel, rester zen et reconnaître que les choses ne seront pas les mêmes à l’étranger qu’à la maison. C’est ce qui fait la beauté de la découverte.

6.  Trouver un équilibre entre les visites pour les adultes et celles pour les enfants.

En Asie du sud-est on a beaucoup apprécié visiter des temples bouddhistes, mais pour les enfants après quelque temps c’était du pareil au même! Ça me rappelait mon voyage en Europe avec mes parents lorsque j’avais 10 ans: mon père voulait voir toutes les cathédrales, mais nous les enfants en avions par-dessus la tête des églises!  Parfois il faut prendre la décision de consacrer une journée entière aux enfants, pas seulement quelques minutes dans la journée.  Ce pourrait être une journée à la plage, dans un parc d’attractions, etc.  Ils vont s’en rappeler comme le plus beau souvenir du voyage et ça vous permettra du coup d’aller visiter d’autres temples le reste du voyage!

7. Permettre aux enfants de s’approprier le projet de voyage.

Avant de partir en tour du monde nous avons demandé aux enfants quels étaient les endroits qu’ils tenaient absolument à voir. Ils voulaient voir des kangourous, ils voulaient voir la tour Eiffel, ils auraient aimé faire un safari en Afrique (une autre fois peut-être pour ce dernier choix!).  Les enfants s’intéressent à ce qui nous intéresse comme adultes.  Ils veulent faire partie de la planification et quand ils s’impliquent ça devient un véritable projet de famille.  Pendant le voyage on leur demandait aussi régulièrement ce qu’ils aimeraient voir, où ils voudraient aller.  Dans chaque pays nous leur demandions de préparer une fiche avec le nom du pays, son drapeau, les attractions principales, la nourriture traditionnelle.  Aujourd’hui ils peuvent regarder leurs cahiers et se remémorer certaines parties du voyage plus facilement.

8. Avoir une bonne trousse de premiers soins.

Sur une note plus pratique, avoir une bonne trousse de premiers soins pour soigner les petits bobos, les maux de ventre et les égratignures est un élément essentiel. Il n’est pas nécessaire d’avoir une trousse pour un régiment ainsi qu’une quantité astronomique de pilules: le secret c’est d’avoir beaucoup de médicaments mais en petites quantités. Si jamais vous venez à manquer d’un médicament quelconque il y a de fortes chances que vous pourrez en racheter sur la route de toute façon. Afin de constituer une trousse adéquate il faut se renseigner sur la destination visée, dans un guide ou encore mieux auprès d’une clinique santé-voyage.

9. Se réserver du temps à soi.

Passer du temps en famille, c’est super. Mais comme on dit: trop c’est comme pas assez.  Être constamment avec ses enfants ça devient forcément fatiguant à la longue. C’est fatiguant pour vous et c’est fatiguant pour eux car ils sont sous supervision constante.  Dans la même chambre d’hôtel tous les jours nous sommes témoins de tous leurs petits écarts de conduite et nous nous sentons forcés d’intervenir: personne n’a envie d’être accusé d’être un parent-décrocheur, hein? Et pourtant il faut décrocher parfois.  Il faut demander à l’autre de prendre le relais, il faut aller prendre une marche, passer une demi-journée seul de temps à autre. Ca fait du bien à tout le monde.

10. Ne pas aller trop lentement.

Ce dernier conseil va vous paraître complètement paradoxal, contradictoire, voire incohérent.  Ne dit-on pas qu’avec des enfants il faut ralentir le rythme, prendre son temps, s’adapter à la vitesse du plus lent?  Oui, oui et oui.  Mais, par expérience, on a compris qu’il ne faut pas trop ralentir, car la famille finit par s’ennuyer et les enfants réclament plus d’activités.  Vous avez prévu passer une semaine dans un petit village campagnard? Les premières journées vous visitez le village, puis vous faites le parc municipal, puis vous prenez des marches.  Après 3-4 jours les enfants vous diront qu’ils s’ennuient, que c’est plate, qu’il n’y a rien à faire ici!  C’est le temps de bouger, d’aller ailleurs, de faire autre chose. On a compris sur la route qu’il y a un rythme trop rapide, mais il peut aussi y avoir un rythme trop lent!

Et vous, quels sont vos conseils pour réussir un voyage en famille? Nous aimerions vous lire dans les commentaires!

Vous avez aimé cet article? Partagez allègrement.  😉

11 commentaires on “10 clés du succès pour un voyage en famille

  • Je ne suis pas tout a fait d’accord avec tous ces points. L’age des enfants est aussi tres important a prendre en compte. Et puis le type de voyage aussi (backpack, homeexchange, RV…etc) mais c’est quand meme un bel essai!

    • Bonjour Cath,
      Nous sommes tout à fait d’accord que l’âge des enfants est un point important. C’est d’ailleurs l’un des facteurs les plus importants dans le choix d’une destination et le type de voyage à entreprendre. Nous sommes plutôt du type backpackers et changeons souvent d’endroit, et les enfants se sont bien adaptés à ce style. Lorsqu’ils étaient très jeunes, par contre, nous avons privilégié le camping-car pour avoir une base et plus de commodités, de facilité.

  • Contente de savoir que tu écris un livre, c’est une merveilleuse idée de partager tous vos bons plans et vos multiples réflexions! Nous serons tes premiers fans!
    Tes 10 clés sont très éclairantes…
    Gros bisous à tous les 6!

    • Merci Sylvie,
      J’ai justement déjà trouvé un éditeur potentiel, c’est un couple d’amis qui ont ouvert une maison d’édition. Il s’agit que je finalise le projet, qui est prêt à 80%. Ca demande pas mal de temps mais je vais y arriver!

  • Salut, beau projet que la rédaction d’un livre, bravo!
    Puisque tu proposes de donner nos idées, voici quelques ajouts.
    Pour notre part, pour permettre aux enfants de s’approprier un voyage, on prépare avec eux une carte (toute dessinée maison!) sur une grande feuille qu’on plastifie à la fin et qu’on apporte avec nous en voyage. Je pense que je t’en avais déjà parlé Co, quand on planifiait l’Inde la première fois. Bref, les enfants découpent des images des lieux qui pourraient être visités, de quelques aliments typiques, du drapeau du pays, des scènes de rue, etc. En voyage, ils prennent plaisir à regarder où sera notre prochaine destination, consultant leur carte quand ils en ressentent le besoin. Cette fois, on a un pays au recto, l’autre au verso!
    Un autre point, concernant les bagages quand on voyage avec des enfants d’âge scolaire, c’est de minimiser le poids en découpant les sections de pages de cahiers d’exercices (si on part quelques semaines , voir un mois ou deux), de numériser des sections, de télécharger sur une tablette ou une liseuse certains manuels scolaires, d’utiliser des sites web éducatifs, de consulter le portail de l’école, bien des infos s’ y retrouvent (exercices, plans de travail, etc.). Tout ça permet de diminuer le poids du sac à dos. On vient de finaliser nos sacs. Nous n’aurons rien dans la soute, tous les sacs respectent les dimensions et le poids maximal autorisé en cabine par les transporteurs aériens utilisés. Et tous les liquides sont dans des contenants de 100 ml, bien ensachés dans des ziplocs réglementaires! Bien sûr, on va où il fait chaud, donc pas de manteaux, sacs de couchages, polars et autre. Ça aide aussi!
    Finalement, au sujet du rythme de voyage… Encore maintenant, mais encore plus lorsque les enfants étaient petits, nous prenions parfois du temps de répis à l’hôtel ou au guesthouse, pour passer un après-midi par exemple simplement à dessiner, se baigner quand il y a une piscine, lire ou jouer. Ça permet aux enfants de décanter, surtout quand leur faculté d’adaptation est davantage sollicitée! On laisse aussi du temps aux enfants lorsqu’on arrive dans un nouvel endroit pour qu’ils installent leurs effets personnels, qu’ils s’ approprient les lieux et se sentent à l’aise. Pas besoin d’être long, mais toujours gagnant!
    Voilà, on part dans 1 semaine, le grand décompte est commencé!
    Merci encore pour vos récits, ce fut un plaisir de lire tous ces articles!
    Catherine

    • Merci beaucoup Catherine pour ce long commentaire! Je relis ce que tu écris sur le temps de répit à l’hôtel et c’est vrai que ça fait du bien! A Siem Reap (Angkor) il faisait 40 degrés du matin au soir, alors l’après-midi on restait soit autour de la piscine, soit à l’air climatisé dans la chambre.
      Vous devez être sur le point de partir alors nous vous souhaitons un excellent voyage, et bon courage!

  • Très bien,un commentaire ,préparer les enfants aux cultures différente de chaque pays
    salutations et bravo ,bonne chance avec ton projet de livre

    • Merci encore Bob et Loulou, oui c’est vrai qu’il est important de les préparer, surtout si la culture est dépaysante!

  • Magnifique ! Le meilleur moyen d’allier utilité, compétence, simplicité et …expérience.
    Un outil de références indispensable dont je n’hésiterai pas à puiser dans vos informations des plus pertinentes. « Presque » un livre de chevet qui aidera assurément à passer du désir à l’action,

    • Merci Lynda de nous suivre encore et toujours. Je recommande ton nom régulièrement à des gens qui nous contactent, et j’ai aussi envoyé une lettre à ton superviseur pour lui dire que tu es une agente hors pair!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *